mardi 10 octobre 2017

Editorial Octobre

        Chaque mois d’octobre voit le retour de la belle fête de Notre-Dame du Très Saint Rosaire appelée auparavant fête de Notre-Dame de la Victoire, en hommage à l’action bienfaitrice de la Mère de Dieu lors de la bataille maritime de Lépante. Cette victoire, obtenue par les armées, a été permise et favorisée par la
puissance et l’efficacité de l’action de la Très Sainte Vierge Marie. A l’appel du Pape Saint Pie V toute la Chrétienté a recouru à la Très Sainte Vierge Marie par la récitation du Rosaire. La Sainte Ligue n’a pas hésité à mettre sur le navire amiral de Don Juan de Austria, une grande Croix, toujours conservée et vénérée à la Cathédrale de Barcelone. Car il s’agissait d’une bataille pour la liberté de la vraie Foi face au péril Ottoman.

         Plus de trois cents ans plus tard, lors de la dernière apparition de Notre-Dame à Fatima, il y a cent ans, la Très Sainte Vierge Marie accomplit le miracle de la danse du soleil devant 70 000 personnes réunies afin de bien montrer la puissance de la Mère de Dieu et l’importance de son intervention.

         Ne peut-il en être de même de nos jours ? En ces temps où nous avons plus que besoin de l’intervention du Ciel pour rétablir la paix et la saine doctrine dans la Sainte Eglise de Dieu, pour que les peuples de vieille Chrétienté puissent retrouver le fondement de leur identité, non seulement culturelle mais aussi spirituelle, où nous avons besoin de l’intervention du Ciel pour que la famille et la défense de la vie redeviennent des socles intangibles de nos sociétés dites modernes, pour que nos âmes, loin de s’affadir soient des fers de lance dans la formidable mission d’Evangélisation qui s’offre à nous dans un contexte postchrétien mais surtout devenu néo-païen, nous devons être des apôtres du chapelet.

         Que Notre-Dame invoquée par le chapelet soit pour chacun d’entre nous en ce mois du Rosaire, une force, un soutien, une consolatrice et un exemple dans cette vallée de larmes. Depuis maintenant un an, une statue de la Sainte Vierge se déplace de foyer en foyer dans notre chapellenie ; nous espérons qu’elle continuera encore longtemps afin que tous, nous puissions porter à notre très Sainte Mère nos demandes, nos prières et qu’Elle puisse être véritablement la reine de nos foyers et de nos cœurs. Nul doute que nombre de grâces sont déversées par ce pèlerinage de la Sainte Vierge chez nous.

         Bon mois du Rosaire à tous,
Abbé Benoît Maître †

Chapelain